Lundi 19H30 – 21H30
Ecole Bidassoa

21, rue de la Bidassoa, Paris
M° Gambetta

Mercredi 19H30 – 21H30
Ecole Bidassoa

21, rue de la Bidassoa, Paris
M° Gambetta

Dimanche
Gymnase de La Liberté

16H00 - 17H00 cours enfants
17H00 -19H00 cours adultes

30, BD de la Liberté 93260 Les Lilas
M° Mairie de Lilas
Sortie Boulevard de la Liberté. Suivre 5 min à pied

Premier cours Gratuit pour les résidents en Région Parisienne
Carte de 5 cours: 70 €
Carte de 10 cours: 115 €
Carte de 15 cours: 130 €
Carte pour l'année : 850 €
Participation annuelle: 30 €

Mestre Caiçaras

* Mestre Caiçaras – Antônio Conceição Moraes;
* 1923- 1997;
* Né à Bahia en 1923.

Photo de maître Caiçaras

« Roupa de homem não dá em menino »
« L’habit d’homme ne va pas à l’enfant »

Qui n’a jamais entendu parler du fameux Maitre Caiçara de Bahia?
Chanteur de première classe, conteur de nombreuses anecdotes et d’histoires de Capoeira, il a toujours une bonne prière à offrir à ses camarades surtout à ceux qui ne sont pas croyants.
Personnage bien connut des fêtes du Largo de Salvador, Mestre Caiçara est toujours présent lors de n’importe quel événement populaire. Il est habillé de sa chemise aux couleurs rouges et vertes, en l’honneur de son Académie Angola São Jorge dos Irmãos Unidos do Mestre Caiçara, dont le nom est aussi le titre de son premier disque gravé par AMC, São Paulo, que l’on trouve chez les disquaires.

Défenseur radical des traditions africaines, il est toujours bon de recevoir en Nagô, Ketu, Gêge et Angola, ses bénédictions et d’écouter son opinion sur les grands capoeiristes du passé et sur la capoeira d’aujourd’hui. Tous les après-midi on le rencontre sur le Terreiro de Jésus à discuter, à vendre son poisson et a « ginger ». Le 28 août 1997, il lègue son art et sa magie.

Caiçara a marqué son époque dans l’histoire de la capoeira : provocateur, controversé, joyeux, intrépide, sympathique… il forme une des équipes les plus brillantes de son époque… ses élèves excellent dans les démonstrations de capoeira qui sont belles à voir et sont efficaces. A l’époque où le Pelourinho n’avait pas le coté glamour d’aujourd’hui, Mestre Caiçara dictait les règles sur un territoire de prostitués et de proxénètes, de trafiquants et de « malandros ». Tous devaient demander sa bénédiction. Il a gravé un des disques majeur de Capoeira Angola où il détaille les diverses toques de berimbau, de plus il y a intégré des ladainhas et des sambas de roda.

Source: Decânio Filho et Groupe Muzenza

Comments are closed.